Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Conservatoire de musique et d’art dramatique à Lens

Morgane Verdonck, Conservatoire de musique et d’art dramatique à Lens
Grand projet, Architecture intérieure, 2016
Les anciens conservatoires, reflétant l’image d’institutions hermétiques voire supérieures, sont remis en cause : des réalisations plus accessibles ont récemment émergé. Plus qu’un simple établissement destiné à promouvoir l’enseignement de la musique, du théâtre ou de la danse, le conservatoire est un espace riche de sens. Nous pouvons le décomposer en trois groupes d’idées :
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin

Descriptif

Informations

échange, partage, rayonnement : la pratique collective de l’art suscite un sentiment d’interdépendance à l’origine d’échanges et de partages. L’énergie et la force de la musique produitent par le groupe transcende. Lors des représentations municipales, l’harmonie suscite aussi l’admiration des habitants et la fierté de ses représentants ;
plaisir, apprentissage, entraînement : le conservatoire est une école. En mêlant les codes de l’enseignement au domaine du loisir, l’équipement développe la rigueur, la précision ou encore la persévérance ;
culture, diversité, rencontre : il est le lieu d’expression de tous les âges, toutes les cultures et toutes les classes sociales. Du classique au R&B, du tango au hip hop, de l’opéra au théâtre de rue, la musique, la danse et le théâtre appellent la diversité.
L’équipement bénéficie d’une faculté à rassembler les personnes. En créant un centre d’intérêt commun, il devient l’opportunité de nouveaux enrichissements.
Reconquête d’une friche industrielle
Lens est une commune de 33 000 habitants située au coeur de l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Détruite à 90 % à l’issue de la première guerre mondiale, la ville s’est reconstruite non sans un certain désordre. Son panorama éclectique est toutefois dominé par le style régional, tandis que la modernité de l’Art déco caractérise la gare ferroviaire. La fermeture des mines à la fin des années 90 entraîne une grave crise de reconversion industrielle. Menée depuis une dizaine d’années, la politique urbaine de développement touristique, social et culturel a notamment permis l’ouverture du Louvre-Lens, la réhabilitation du stade Bollaert, la végétalisation de nombreux espaces ainsi qu’un projet hôtelier 4* face à la gare.
Malgré d’importants moyens mis en place, la situation économique reste difficile.
Dans ce contexte, la mairie souhaite reconvertir l’ancienne gare routière en conservatoire de musique et d’art dramatique. Outre l’emplacement privilégié, au coeur des flux et en fermeture de la place du Général de Gaulle, son architecture représente un atout. D’un style brutaliste marqué par une façade en longueur, un rythme vertical et un porte-à-faux aménageant un passage du parking à la gare, elle détonne. Témoignant de greffes plus récentes, la friche manque cependant de cohérence.
Du dessin architectural aux usages prévus, l’intervention doit redonner une lisibilité globale.
L’ouverture comme principe
Par ses qualités architecturales et programmatiques, le projet doit participer à créer la rencontre et à favoriser les échanges. Un café-bar, élément attractif visible depuis la place de la gare, constitura le lien entre les élèves, les habitants les touristes et visiteurs.
Comment susciter l’intérêt du public Lensois pour ce nouvel équipement social et culturel ? Fréquenter le conservatoire doit être à la portée de tous. La désacralisation du conservatoire est nécessaire. Son architecture appelle à tansmettre l’idée d’ouverture.
L’ouverture constitue le fil conducteur. Ce thème interroge aussi bien la nature de la (des) limite(s) entre l’espace public et l’espace du bâtiment que celle(s) entre les entités internes. Il questionne l’appréhension du bâtiment par l’usager, la perception des espaces fonctionnels et le rôle des espaces libres.
À partir de ce thème, cinq axes de développement fédèrent le projet :
· le commun et le connu ;
· la compréhension et la lisibilité ;
· la modestie et l’humilité ;
· la transparence et la perméabilité ;
· le confort et l’ergonomie.

Étudiant(s)
Morgane Verdonck
Titre
Conservatoire de musique et d’art dramatique à Lens
Type
Grand projet
Secteur
Architecture intérieure
Année
2016