Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Rapport d'activité 2013

Descriptif

Informations

L’année 2013 apparaît comme une année particulièrement dense et, à bien des égards, comme une année charnière.
L’année scolaire 2012-2013 s’est achevée en juin par une promotion de 114 diplômés auxquels s’ajoutent 3 diplômés par VAE (valorisation des acquis de l’expérience). Le diplôme de l’établissement confère depuis 2012, rappelons-le, le grade de master à ses titulaires.
L’effectif des élèves sur l’année 2012-2013 s’est élevé à 647 (dont 50 inscrits à EnsadLab), auxquels 40 stagiaires étrangers, 9 stagiaires en formation continue et 7 auditeurs libres sont venus apporter un complément de diversité.
Soit un effectif total en formation de 703 personnes, globalement stable.
Bien que le cadre juridique des concours d’admission et de la scolarité soit resté à droit constant, dans le cadre de l’arrêté du 15 février 2008, fondateur du cycle en 5 ans et du cycle de recherche, la vitalité du projet pédagogique s’est
manifestée à travers plusieurs évolutions et points saillants à mentionner :

  • La réflexion approfondie sur la place des sciences humaines, conduite par René Lesné, coordonnateur, a abouti à un remaniement des emplois du temps et des contenus à la rentrée 2013. En particulier la 5e année accueille désormais un cours de sciences humaines spécifique au projet ;
  • Les programmes des 4e et 5e années ont été aménagés de façon à faire place à une initiation à la recherche en Art, en lien avec EnsadLab (cours de méthodologie, ouverture des séminaires doctoraux aux 4e et 5e années) ;
  • Les semaines pluridisciplinaires dites « Plateaux » (3 semaines en février) qui ont eu pour thème le nomadisme, ainsi que les studios partagés ont illustré le souci d’assurer à la formation les moments interdisciplinaires auxquels elle est attachée ;
  • La Chaire « Innovation et Savoir-faire », soutenue par des crédits de mécénat de la Fondation Bettencourt-Schueller a permis de mettre en oeuvre des projets ambitieux exclusivement dédiés à la pédagogie : le studio international Bambou, l’invitation du designer Guillaume Bardet pour animer sur l’année un partenariat avec la manufacture de porcelaine Haviland (élèves de 3e année du secteur Design objet), un workshop avec Maison Martin Margiela (secteur Design textile et matière) notamment ;
  • La présidence de tous les jurys de diplômes a été assurée systématiquement par des personnalités extérieures ;
  • 9 enseignants contractuels ont été recrutés sur des contrats à temps complet, dont un enseignant-chercheur intervenant à la fois dans le cursus et dans le cycle de recherche, suite aux départs à la retraite particulièrement élevés en 2013.

Le nombre d’élèves boursiers (bourses du CROUS et de la Fondation Odon Vallet) s’est sensiblement accru et représente, pour l’année scolaire 2012-2013, plus de 25 % des étudiants. D’autres bourses sur crédits propres de l’établissement ont également permis d’aider des étudiants pour des mobilités internationales (échanges académiques, stages à l’étranger) auxquelles l’établissement attache une importance prioritaire. Ainsi le nombre de partenariats internationaux a atteint le chiffre record de 87.
Une mention spécifique doit être faite sur la Fondation de coopération scientifique PSL (Paris Sciences et Lettres – Quartier Latin) dont l’École est membre depuis 2011.
L’École participe aux COPILs, aux conseils de la formation et de la recherche, aux groupes de travail thématiques (communication, schéma directeur numérique, portail des savoirs, initiatives étudiantes etc.) qui portent la dynamique
de ce regroupement de 20 institutions d’enseignement supérieur et de recherche, fort de 15 000 étudiants.
Les 5 écoles relevant du ministère de la Culture et de la Communication sont les membres de l’Association Art et Recherche que son président en exercice représente avec voix délibérative au conseil d’administration de PSL. Pour
l’année 2013, cette présidence était assurée par la directrice de l’École des Arts Déco.
Le logo de PSL est associé à celui de l’École sur tous les documents de communication et figure sur la carte étudiant des élèves. Ces derniers ont désormais accès à l’ensemble des bibliothèques des institutions PSL. La formation doctorale innovante SACRe (portée par l’École normale supérieure, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, le Conservatoire national supérieur d’Art dramatique, la Fémis, l’École nationale supérieure des Beaux-arts et l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs) dans le cadre de PSL est entrée dans sa 2e année.

L’ouverture sur le monde socio-économique s’est poursuivie par l’invitation de nombreux intervenants extérieurs et la conclusion de multiples partenariats. L’effort de promotion et d’insertion professionnelle des élèves et des jeunes diplômés s’est traduit par l’ouverture au public de l’École au moment des Grands projets, plusieurs expositions dans des lieux emblématiques comme le Palais de Tokyo (« Meltem »), le Lieu du Design, le Salon international du meuble de Milan et la participation aux Designer’s Days. Et bien sûr, les Portes Ouvertes de janvier ont mobilisé les équipes pour assurer le meilleur accueil aux quelque 10 000 visiteurs qui chaque année se pressent à ce rendez-vous
de découverte.
La refonte du site Internet de l’École, www.ensad.fr, et l’étoffement constant de sa Lettre d’information diffusée par voie électronique témoignent de la volonté de notre établissement de toujours mieux communiquer sur la diversité
de ses activités.
L’École a été particulièrement honorée, en 2013, par le nombre de prix et distinctions obtenus par ses élèves et diplômés, soit 24 prix nationaux ou internationaux, auxquels s’ajoute le Lion d’Argent de la Biennale internationale de
Venise 2013 décerné à Camille Henrot, diplômée en 2002.
L’insertion professionnelle des diplômés, mesurée par l’enquête annuelle, trois ans après l’obtention du diplôme, se situe toujours à un taux très satisfaisant (89,2 %, enquête de 2012).
Mais, dans le même temps où ces indicateurs portent à l’enthousiasme, l’année 2013 a également été traversée par un mouvement de contestation qui a débuté en septembre 2012 et qui s’est étendu en 2013 via la création de la Coordination unie. Ce mouvement, qui a développé ses analyses et préconisations en animant ses propres groupes de travail sur plusieurs mois, a conduit à un fonctionnement très particulier des instances statutaires ; le fonctionnement du Conseil des études et de la recherche n’a repris qu’en mai 2013, puis, dans une configuration normale le 20
novembre 2013.
Dans ce contexte, le ministère de la Culture et de la Communication a diligenté une mission de l’Inspection générale des affaires culturelles qui s’est déroulée de février à juin 2013 et dont les recommandations seront mises à l’étude par le nouveau directeur de l’École.
Le président du Conseil d’administration, François Henrot, a terminé son mandat de 3 ans en août 2013. Madame Caroline Mierop, membre du Conseil au titre de personnalité qualifiée depuis avril 2011, a accepté d’assurer l’intérim de cette fonction depuis novembre 2013, à la demande du ministère.
Madame Geneviève Gallot, directrice de l’École depuis décembre 2008, nommée inspectrice générale des affaires culturelles, par décret du Président de la République, a quitté ses fonctions le 19 décembre 2013 et a rejoint l’IGAC.
La procédure de recrutement de son successeur n’ayant pas été finalisée à cette date, l’intérim des fonctions a été confié par la direction générale de la création artistique à Madame Mireille Delbèque, directrice adjointe.
Un hommage particulier doit être rendu, au terme de cette année 2013, aux équipes de l’École qui, par leur vaillance, ont permis à l’établissement de mener à bien la mission qui lui est confiée, à savoir conduire ses effectifs d’élèves vers un avenir professionnel riche de promesses et de réussite.

Partager cette page