Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Rapport d'activité 2014

Descriptif

Informations

L’école nationale supérieure des arts décoratifs est une école dont le potentiel est exceptionnel : histoire, situation,
contexte scientifique et universitaire, qualité des personnels, des étudiants, des ateliers, en font l’une des plus importantes d’Europe.
avec sa longue histoire, ses 10 secteurs, près de 700 élèves, les 127 diplômés de 2014 (vaE inclus), son département de Recherche regroupant de nombreux doctorants (dans le cadre de SacRe),
près d’une cinquantaine d’élèves chercheurs et de nombreux programmes de recherche originaux, l’école s’affirme comme la grande école d’art et de design française.

Mais au-delà des nombres, c’est la qualité des travaux pédagogiques, l’enthousiasme des équipes et des étudiants, leur engagement, et la générosité des moyens, qui sont ses plus sûrs atouts.
Les instances statutaires ont été renouvelées : les élections en mars et décembre 2014 et les arrêtés ministériels du 30 juin 2014 nommant des personnalités qualifiées au conseil d’administration et au conseil des études et de la recherche ont contribué à ce renouvellement.

La présidence du conseil d’administration a été confiée par décret du président de la République à Isabelle de Ponfilly, directeur général de Vitra, après un intérim assuré successivement par
Caroline Mierop et Jean-Pierre Greff, personnalités qualifiées, membres du conseil. à nouveau, les coordonnateurs de secteur ont été élus par les enseignants de leur secteur, sauf dans deux secteurs où l’absence de candidat a conduit à une désignation par nomination. Le mandat, à titre transitoire, a été limité à l’année scolaire. Pour la première fois, les assistants des ateliers de soutien pédagogique ont été invités à élire un représentant, siégeant au conseil des études et de la recherche et aux réunions des coordonnateurs, afin de mieux souligner le lien entre la pédagogie et ces ateliers. Le travail en mode participatif a été le maître mot de la réflexion engagée afin de re dynamiser l’ensemble du projet pédagogique. Les groupes de travail que j’ai proposés, sur la base du volontariat ouvert à tous, ont été largement suivis et ont donné lieu à l’élaboration de documents de synthèse précieux qui ont été mis en partage lors de multiples réunions, notamment en assemblées plénières et dans nos instances. Les étudiants ont également apporté une remarquable réflexion dans leurs propres assemblées en novembre et décembre. Beaucoup de constats et d’objectifs ont
ainsi pu être mis en commun pour bâtir une nouvelle synergie.
Parmi eux, le souci primordial du réaffirmer le cœur de notre mission : former des créateurs, former des chercheurs, développer largement l’ouverture sur le champ de la vie professionnelle et sociale. Mais aussi, renforcer la dialectique entre spécialité et interdisciplinarité, permettre des parcours individualisés aux étudiants ; ou encore remettre à plat des emplois du temps surchargés pour laisser plus de temps aux apprentissages libres, développer le recrutement d’étudiants internationaux. La scansion des deux cycles (1-2-3) et (4-5) a suscité beaucoup de réflexions : faut-il la rendre vraiment apparente par la création d’udiplôme de niveau licence ?
De même, les modalités d’accès par concours sur épreuves en 1re année laissent toujours planer l’insatisfaction d’une sélection qui favoriserait de fait des impétrants détenteurs, de par leur milieu familial, d’un capital culturel élevé. ainsi, les initiatives en faveur de la diversification sociale des candidats, menées dans le cadre du partenariat avec la Fondation culture et diversité méritent-elles d’être particulièrement soulignées et prolongées. Les actions de la chaire innovation et Savoir-faire sur crédits de mécénat de la Fondation Bettencourt Schueller ont apporté des moyens financiers appréciables au profit d’une thématique qui a permis aussi bien un partenariat avec les compagnons du devoir et le centre technique de la chaussure que l’invitation de designers tels Mathieu Lehanneur ou de conférenciers prestigieux. L’insertion de l’école dans PSL s’est poursuivie avec l’adhésion à la CoMuE « université de recherche paris, Sciences & Lettres-PSL Research university » qui en consolide la forme juridique. C’est dans ce cadre que le doctorat SacRe pourra être délivré à compter de 2015 à des artistes chercheurs. Je ne saurais manquer de rappeler quelques-unes des manifestations qui permettent d’associer à la vie de l’école le vaste cercle de ses amis : Les Journées portes ouvertes, les d’days, l’exposition de fin d’année des Grands projets de diplôme et le défilé des collections des diplômés de Design vêtement.
Enfin, qu’il me soit permis de placer l’année qui s’ouvre sous la double invocation prudence et audace. Prudence pour préserver ce beau mais fragile héritage de l’histoire de 250 ans de création à l’école des arts déco. Audace pour être à la hauteur des enjeux contemporains d’une pédagogie innovante ouverte sur le monde.
Marc Partouche,
Directeur.

Partager cette page