Facebook   Viméo    Twitter

Diphtongues

Pauline Frémaux, Diphtongues
Grand projet, Art-Espace, 2018
Des choses arrivent par vagues l'une à coté de l'autre, entre allusions et survivances. Je cherche à développer des séries d'interactions, où l'on fait passer, transmute, joue, induisant erreurs, quiproquos, changement d'avis, versions variables d'un même fait. Jeux de reflux. Une diphtongue donne le relai d’un timbre vers un autre. Observation ou ritournelle, des images perdurent, apparaissent ; d’autres sont altérées, des éléments se répètent comme ceux d’une phrase.
  • © EnsAD / Mathieu Faluomi

Descriptif

Informations

J'aime penser la temporalité comme un espace d'où on peut sortir, en le manquant, et où on doit rentrer. Et qui par sa rythmique induit des croisements sociaux souvent sporadiques. Le mouvement de tourner autour qui est aussi du pur temps me plaît beaucoup.
En utilisant le langage et les formes comme une grammaire, mon travail cherche à produire une sorte d'épuisement du langage. Un jeu de test fait apparaître des espaces et situations dont on ne sait jamais si on y appartient et dans quelle mesure.
« Noms qui sont étrangers hors du jeu de la marge reliée, je pensais qu’une façon d’écrire sur un auteur aimé, serait de suivre quelles pistes il suit à travers les mots des autres. » Susan Howe, Marginalia di Melville

Étudiant(s)
Pauline Frémaux
Titre
Diphtongues
Type
Grand projet
Secteur
Art-Espace
Année
2018