Facebook   Viméo    Twitter

Mot-Trou : Ravissement de Lol V. Stein

Hye-won Hwang, Mot-Trou : Ravissement de Lol V. Stein
Grand projet, Scénographie, 2017
« Ç’aurait été un mot-absence, un mot-trou, creusé en son centre d’un trou, de ce trou où tous les autres mots auraient été enterrés. On n’aurait pas pu le dire mais on aurait pu le faire résonner. Immense, sans fin, un gong vide, il aurait retenu ceux qui voulaient partir, il les aurait convaincus de l’impossible, il les aurait assourdis à tout autre vocable que lui-même, en une fois il les aurait nommés, eux, l’avenir et l’instant. »*
  • © EnsAD / Camille Gharbi

Descriptif

Informations

Je vois une fille solitaire, enfermée dans sa chambre. Dans ce vide elle est sur le point de disparaître, de rejoindre la mer visible depuis une longue fenêtre. La lenteur du temps, le plein jour très clair, la chaleur de l’été, quelques gouttes de sueur qui perlent sur sa gorge.
Elle essaye de lire un roman de Marguerite Duras, elle a le cri déchirant en tête, il semble être une musique de fond, on ne sait quand il commence et d’où il vient mais il semble infini. Le Ravissement de Lol V. Stein de Duras est considéré comme son roman le plus complexe, le roman de la déperdition en raison de son écriture défiant les normes de la tradition classique et de sa complexité narrative. Mais la diversité d'interprétation qu'il suscite m’a attiré et je me suis donc lancée dans un travail ayant pour objectif de transposer ce roman.
L’histoire de Lol racontée et inventée par son amant Jacques Hold débute précisément au moment du bal du Casino de T. Beach. Son fiancé Michael Richardson lui est ravi par une belle femme, assez âgée, à la chevelure rousse : Anne-Marie Stretter. « Une fois le bal terminé, la nuit finie, cette histoire s’éteint, sommeille, semblerait-il durant dix ans. » Lol revient habiter à S. Tahla et reproduit le triangle amoureux dont elle a été victime avec son amie Tatiana et l’amant de celle-ci.
Mot-Trou : J'ai décidé de transposer le monde du Ravissement de Lol V Stein à travers des installations implantées au Palais de Tokyo et quelques performances. Au cours d'une promenade dans l'esprit de Lol, le spectateur pourra non seulement comprendre l’histoire du roman mais s’immerger totalement dans les sensations suscitées par ces espaces-dispositifs réduits.
Le projet s'attache à une problématique tentative de définition concrète d'un personnage énigmatique. Bien que le roman porte sur l'histoire de Lol, une fois la lecture/le parcours terminé(e) on ne parvient toujours pas à saisir qui elle est. Son portrait est marqué par les vides, les absences, rendant sa véritable histoire inaccessible.
J'ai cherché à représenter ce vide par un tissage entre espace et temps basé sur l’écriture synesthésique de Marguerite Duras, il s’agit de mélanger les sens. Les performances ont lieu dans un décor féminin et qu'on pourrait croire ordonné par une femme au foyer, de plus les scènes placent le spectateur dans une expérience plurisensorielle. A travers cette expérience théâtrale et immersive, le spectateur est invité à agir, à réinventer son histoire et celles des autres dans le monde réel et le temps quotidien.
* Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein , Gallimard, coll. “Folio” [1964 - 1976], 1992, pp. 48-49.

Étudiant(s)
Hye-won Hwang
Titre
Mot-Trou : Ravissement de Lol V. Stein
Type
Grand projet
Secteur
Scénographie
Année
2017