Facebook   Viméo    Twitter

Paradis obscur

Esther Denis, Paradis obscur
Grand projet, Scénographie, 2020
Cette installation propose une représentation du Paradis à travers l’ombre, le reflet et l’écho : les « figures du double » selon l’expression du philosophe français Clément Rosset.
  • © Mathieu Faluomi

Descriptif

Informations

L’espace se compose d’un étang et de son environnement verdoyant. L’eau est trouble, obscure. Pareille à un miroir noir, elle laisse apparaître à sa surface, les reflets d’une existence céleste, celle du Paradis.

Le Paradis, en tant que lieu, impose plusieurs questionnements scénographiques. Tout en m’exonérant des dimensions religieuse et morale; j’ai choisi d’ancrer dans le réel, son caractère irréel, inaccessible ou encore merveilleux. Jean Cocteau ne déclarait-il pas au sujet de son film « Orphée » : « Plus on approche du mystère, plus il devient nécessaire d’être réaliste » (...)
 

Étudiant(s)
Esther Denis
Titre
Paradis obscur
Type
Grand projet
Secteur
Scénographie
Année
2020