Facebook   Viméo    Twitter   Instagram

Le sens de la matière

Enzo Denarie, Le sens de la matière
Grand projet, Architecture intérieure, 2022
Jusqu’au milieu du 20e siècle, les bâtiments et intérieurs en fin d’usage étaient des ressources en matières à construire. Cette pratique de réemploi a disparu, au profit d’une production de masse. Toujours plus rapide, rentable et globalisée, elle a écarté la main de l’artisan au profit de la machine. L’architecture est aujourd’hui génératrice de déchets, à la fois dans le gros œuvre et dans le second-œuvre.
  • © Amélie Canon

Descriptif

Informations

Les constructions engendrent l’extraction de millions de tonnes de terres (déblais) chaque année. Cette matière géo-sourcé est disponible en abondance. Quant aux déchets issus du second-œuvre, 1/3 seulement sont dit "valorisés ". Le bois, par exemple, est principalement aggloméré avec des colles, ou incinéré afin d’alimenter énergétiquement des cimenteries. Mais peut-on parler de valorisation lorsque les potentiels d’usages de ces déchets ne sont pas explorés ?

Ce double constat et mon intérêt pour la matière des ambiances, ont construit mon projet, le sens de la matière. En tant qu’architecte d’intérieur, comment penser un modèle de valorisation en cycle court de ces déchets ? Comment transformer ces matières premières afin de façonner nos espaces ?

Une réflexion en cascade se met en place, entre expérimentations techniques et approche sensible. D’abord en mettant de côté les ressources ré-employables, puis, à la manière d’un tamisage, il s’agit de penser un matériaux qu’un protocole décline en plusieurs états, plusieurs formes.

Ce sont ces séries de recherches, de tests, d’applications possibles que ce projet donne à voir.

Étudiant(s)
Enzo Denarie
Titre
Le sens de la matière
Type
Grand projet
Secteur
Architecture intérieure
Année
2022