Facebook   Viméo    Twitter   Instagram

Soufisme, au coeur du parc de la Solitude

Sami HAJ-CHEHADE, Soufisme, au coeur du parc de la Solitude
Grand projet, Architecture intérieure, 2022
Ce projet est né lors d’un voyage spirituel au Maroc. Au cours d’un trajet en voiture, des amis faisant partie d’une Tariqa (école spirituelle en islam, littéralement : Voie) évoquent leur désir ardent d’un lieu en France qui pourrait accueillir leur maître spirituel soufi, Sheikh AbdulAziz. Ils prononcent le mot de Zaouïa, ces lieux où vivent les enseignements spirituels dans le monde musulman. Je décide alors de penser un espace consacré au Soufisme, en France, un lieu ouvert, de dialogue et qui soit dédié au Dhikr, pratique centrale du Soufisme, qui consiste en la remémoration du Divin par la pratique de l’oraison, de la récitation de litanies spirituelles.
  • © Amélie Canon

Descriptif

Informations

Lorsque j’ai interrogé Sheikh AbdulAziz à propos de ce projet dédié au Dhikr, il m’a répondu ceci : «Il faut toujours faire allusion, chercher les expressions de «tourner son dos à dunya (bas-monde)» et «s’orienter vers Allah (Dieu)». C’est à dire, dans l’espace du Dhikr et dans la vie de tous les jours on doit s’orienter de la dunya vers Allah. Cet espace de dhikr : toujours comprendre et voir et essayer de ressentir l’éloignement de dunya et l’orientation vers Allah. Et c’est à toi de voir comment exprimer ça sur le plan architectural.»

Aujourd’hui en France, le Soufisme et la pratique du Dhikr ne disposent pas de lieux convenables pour répondre aux attentes et besoins spécifiques des cheminants. En cherchant un lieu qui pourrait accueillir ces pratiques, j’ai découvert le Château de la Solitude situé à la lisière nord du Plessis-Robinson (92).

Cette maison de maître construite au début du 20ème siècle par un riche chocolatier a accueilli de nombreux usages dont celui de couvent Carmélite pendant une vingtaine d’années. Son emplacement, sa situation végétale, ses dimensions, son histoire en palimpseste, la question symbolique de la ruine (et donc de la valorisation du patrimoine existant, le rapport écologique au déjà-là) ou encore la toponymie du lieu ont confirmé ce choix. Sans oublier la cour intérieure, les arches et niches de cet édifice néogothique qui rappellent les formes présentes dans les Zaouïas du monde arabo-musulman. C’est ce dialogue inter-spirituel et inter-architectural qui m’intéresse et tout cela en fait à mes yeux un lieu idéal pour cet espace de Soufisme en France.

Dans le Château de la Solitude, je travaille les différentes échelles, de l’objet à l’architecture en passant par les sons, les odeurs, les textures. Je crée un parallèle entre une démarche spirituelle, un cheminement initiatique et un projet architectural contemporain.»

Étudiant(s)
Sami HAJ-CHEHADE
Titre
Soufisme, au coeur du parc de la Solitude
Type
Grand projet
Secteur
Architecture intérieure
Année
2022