Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

LÀ-HAUT

Nicolas Huet, LÀ-HAUT
Grand projet, Architecture intérieure, 2014
« Éros et Thanatos. Ces deux divinités taquines attendent le promeneur des toits parisiens. Éros d’abord : monter sur les toits, c’est s’extraire du carcan parallélépipédique des appartements minuscules, pour gagner des perspectives ouvertes, des vues aériennes. En altitude, la ville communique avec l’infini du ciel, avec la beauté. Thanatos : si le ravissement est parfois au rendez-vous, la passion pour les toits n’en est pas moins une ardeur suicidaire. Le paysage du zinc est d’autant plus beau, qu’on y risque sa vie.» Alexandre Lacroix, les toits de Paris.
  • © D.R
  • Penser un logement adapté à une vie sur les toits, s’articulant sur les vues de Paris. © D.R
  • Mise en valeur du système constructif de Jean Prouvé © D.R
  • Des espaces ouvert sur la ville, offrant un cadre de vie extraordinaire. © D.R
  • Proposer par le biais d’un matériaux une invisibilité urbaine. © D.R
  • Investir le paysage urbain des toits parisiens. © D.R
  • Apparition d’une vie alternative sur la ville. © D.R
  • Développement des différents modules afin de permettre à tous de vivre «là-haut». © D.R
  • Un nouveau quartier sur les toits de l'îlot des petites écuries. © D.R
  • La canopée : création d’un «village» offrant une nouvelle manière de vivre la ville. © D.R

Descriptif

Informations

Paris est comme une statue grecque, la première fois que l’on tourne autour, on est subjugué

par la beauté de ses traits, de ses courbes : un symbole de perfection.

Mais lors du second passage, on se rend compte que cette statue est abîmée...comme si la

perfection de sa beauté se craquelait au rythme des fissures parcourant son corps.

Je pense avoir été victime de ce changement de vision au fil des années. La vie parisienne qui

m’entoure chaque jour, est une représentation de cet extrait du Spleen de Baudelaire :

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

Et que de l’horizon embrassant tout le cercle

Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits

La densité parisienne, le stress, le manque d’espace, l’absence de vie collective et surtout le

logement parisien sont venus à bout de ma naïveté.

Mon projet vise à penser une nouvelle manière de vivre Paris, proposer une solution au

logement parisien et à son implantation dans le paysage urbain.

Étudiant(s)
Nicolas Huet
Titre
LÀ-HAUT
Type
Grand projet
Secteur
Architecture intérieure
Année
2014