Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

POST-SPOT

Sylvain Fillion , POST-SPOT
Grand projet, Cinéma d'animation, 2014
application web didactique contenant un ensemble de séquences animées
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R

Descriptif

Informations

Comment peut-on voir ce qu’il nous est impossible de voir ? Ou plutôt
quelles sont les choses que l’on ne veut pas voir ? Ces choses que l’on préfère
écarter du regard parce qu’elles nous gênent. C’est un réflexe, quotidien, des
choses qui sont là, mais qu’on ne voit pas, auxquelles on ne prête aucune
attention. Ou quand on y fait attention ce n’est pas par plaisir.
Et pourtant, certaines de ces choses peuvent se révéler très intrigantes,
quand on prend le temps de s’y attarder. Car voyez-vous, elles nous
accompagnent en permanence. Elles ont aussi une certaine influence sur
notre perception. Elles nous offrent un spectacle en écho à tous les autres.
Elles sont capables de nous éblouir et de nous émerveiller. Cependant, nous
les occultons.
Sommes-nous si trop pressés et avides que nous n’avons même plus
conscience du spectacle permanent qui se déroule sous nos yeux ?
Je ne vous parlerai pas des images, mais de ce qui laisse des traces dans
notre regard, ce qui persiste sur notre rétine et s’imprime dans notre
cerveau d’une manière subliminale.
Qu’il vienne pour apprendre ou pour se détendre, le spectateur a toujours le
secret espoir d’être happé par ce qu’il voit, d’être embarqué par une
nouveauté et voit sa surprise décuplée quand il découvre qu’il participe du
phénomène, et qu’il peut affiner la perception de l’effet. Cet effet, vous
l’aurez compris, est celui de la persistance rétinienne.
Mon projet est de « ravir » le spectateur, ravir au sens fort, afin qu’il se
prenne au jeu et qu’il en redemande. Qu’ébloui il devienne acteur de son
transport. Pour moi, le défi fut de poser la démarche expérimentale
élémentaire, didactique, afin de convaincre de la réalité et de la richesse de
ce phénomène, quitte à le renforcer, l’induire, le suggérer. Ce projet à germé
dans le prolongement de mon Mémoire sur la synesthésie « Le Dernier
Prisme ».
Je dois dire que j’ai longtemps buté sur un obstacle: celui du support narratif;
comment agencer une histoire aux phénomènes de persistance lumineuse;
avant de découvrir que le meilleur medium était l’interactivité qu’offre
l’application web: l’opportunité de pouvoir rendre le spectateur pilote de son
voyage à fleur de l’oeil. Offrir sur la forme une grande liberté d’action au
spectateur, et sur le fond faire le choix délibéré d’une démarche
pédagogique, basique, permettant au spectateur d’entrer progressivement
dans un monde méconnu. Un monde non pas d’illusions mais d’impressions
réelles, si j’ose dire.
Cette persistance scientifique se double de traces, de sillons qui viennent
retourner et réactiver une mémoire plus subjective dans les souvenirs de
chacun. Tout se passe comme si cette persistance était là pour nous aider à
faire le « deuil » des images. À cette disparition succède une apparition,
fragile et éphémère reliée à l’affect de chaque spectateur.
Mon ambition est bien celle-là: pouvoir apprivoiser les choses intangibles,
farouches, et offrir à chacun la maîtrise de l’éphémère.
 

Étudiant(s)
Sylvain Fillion
Titre
POST-SPOT
Type
Grand projet
Secteur
Cinéma d'animation
Année
2014