Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

La promenade d'Electre

Marie Fages, La promenade d'Electre
Grand projet, Scénographie, 2013
Une adaptation de la tragédie « Electre » d'Euripide. Format du projet : vidéo installation et plan-relief.
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R
  • D.R

Descriptif

Informations

La tragédie d’Euripide raconte un conflit de territoires. En isolant Electre dans un espace-temps arrêté, Egisthe pense avoir endormi la mémoire du meurtre d’Agamemnon et la volonté de vengeance des deux enfants. La tragédie se déroule dans ce territoire entre-deux, qui concorde avec le temps où sont figés les deux frère et soeur, entre l’âge enfant et l’âge adulte.

La promenade d'Electre est un travail sur la notion de frontière comme un espace de passage, un non-lieu qui serait aussi le terrain d’un meurtre.
L’intention du projet est de construire l’espace-temps d’Electre avec les moyens du cinéma, en utilisant le principe du cadrage-découpage-montage.
En détachant, grâce au cadrage, l’esplanade de la Défense de sa fonction de quartier d’affaires, j’ai dégagé un lieu dont la seule fonction est celle d’être traversé par les corps. Le montage vidéo a été pensé comme une chorégraphie géométrique qui alterne la dominance des paysages et des acteurs.

La recomposition des espace filmés sous forme de plan-relief crée un lieu fictif, au temps figé. C’est une autre forme de montage qui offre une autre vision de l’espace du film.

Le scénario préserve le temps cyclique de la tragédie d’Euripide. Elle commence à l’aube, et finit au crépuscule. Le cercle vicieux des meurtres vengés par des meurtres trouve son écho dans la course du soleil, qui se couche tandis que le destin s’abat de façon absurde et infaillible sur les deux jeunes héros.

Étudiant(s)
Marie Fages
Titre
La promenade d'Electre
Type
Grand projet
Secteur
Scénographie
Année
2013