Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Usages raisonnables

Jules Vaulont, Usages raisonnables
Grand projet, Design graphique - Multimédia, 2015
Internet et les technologies numériques ont provoqué une véritable rupture dans le domaine de la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, avec les ordinateurs, logiciels et internet, il est très simple de copier, modifier et de partager un fichier. Nous entrons dans l’ère du mashup, du remix, de la réappropriation, du commentaire et du partage.
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin
  • © EnsAD / Marie Genin

Descriptif

Informations

Cependant, le droit considère la copie d’une oeuvre numérique comme illégale et condamne les pirates, c’est-à-dire ceux qui partagent sur le web des fichiers soumis à droits d’auteurs. La loi n’a pas su s’adapter aux usages culturels de notre époque et persiste à conserver un modèle dépassé. ll y a un refus de la part des grands médias culturels (ceux qui possèdent la culture) d’évoluer et d’adapter le droit en accord avec ce changement de paradigme (partage, P2P, internet). Cela m’amène à formuler la problématique suivante : le droit d’auteur est-il une notion périmée à l’ère d’internet et du partage de fichiers pair-àpair ? Est-il un frein à la libre circulation de la connaissance ? Le droit d’auteur est-il, sous sa forme actuelle, toujours pertinent ? Mon projet présente une série de quatre cas d’étude où j’utilise ce que le code de la propriété intellectuelle nomme « les exceptions à la contrefaçon ». Ces dernières offrent la possibilité de s’approprier des oeuvres protégées par le droit d’auteur sous certaines conditions (parodie, citations). De ces contraintes d’ordre juridique jaillit un petit espace de liberté que je me suis approprié. Je me sers de cette zone grise pour construire un discours critique, humoristique et pédagogique sur le thèmedu droit d’auteur. En d’autres termes, j’utilise la loi pour critiquer la loi. Le droit d’auteur est une jungle, complexe et difficile d’accès.
Mes productions permettent une vulgarisation de ces problématiques.

Étudiant(s)
Jules Vaulont
Titre
Usages raisonnables
Type
Grand projet
Secteur
Design graphique - Multimédia
Année
2015