Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Défilé Design Vêtement : celui que l'on regarde marcher

Samuel Bégis, Défilé Design Vêtement : celui que l'on regarde marcher
Grand projet, Architecture intérieure, 2016
Celui que l’on regarde marcher est né d’un constat. Le défilé de mode est le premier moment d’apparition d’un vêtement à un public. On le découvre alors porté par quelqu’un d’autre que soi, sans en connaître l’histoire ni la genèse de sa création. On ne ressent pas son poids, sa texture, sa souplesse. Il passe à toute allure, au rythme effréné de la musique d’ambiance, avec pour fond le public, lui même très habillé. Il faut, dans ce tumulte sensoriel, savoir déceler l’intérêt et le sens de l’oeuvre qui nous est présentée.
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin
  • © Pernelle Popelin

Descriptif

Informations

Au moment du défilé, ceux qui sont les mieux placés sont les preneurs d’images : meilleur angle, meilleur fond, meilleure lumière. De fait, ils sont ceux qui communiqueront au plus grand nombre l’image dite idéale du défilé. Ils peuvent jouer d’artifices que nos sens sont incapables de reproduire au moment de l’événement : ils zooment, arrêtent le temps, cadrent, recadrent, utilisent la lumière, etc. Ce sont ces images réalisées par les photographes qui seront diffusées dans les formats « papier » classiques, ou « vidéo ». Ces supports adaptés à une lecture lente et soigneuse excluent alors toute expérience réelle de l’événement.

L’étude de la perception d’un environnement spatial par l’usage qu’en fait le corps est une dimension essentielle. Si je ne peux ralentir le temps d’un défilé de mode, je peux, en revanche, chercher à guider le regard du spectateur sur les détails à ne pas manquer. À la manière d’un architecte qui recadre le paysage ou encore d’un directeur de la photographie sur le tournage d’un film qui construit la future lecture du spectateur, je cherche à associer le mouvement des corps à la position idéale, la lumière idéale ou encore le cadre idéal et ce, autant que possible, pour chacun des spectateurs. Soit le spectateur reçoit le cadrage comme processus poétique et esthétique, soit il se sert du cadrage pour mieux percevoir le vêtement.
Celui que l’on regarde marcher est une installation qui cherche à démultiplier le spectateur comme s’il occupait plusieurs places à la fois pour faire l’expérience du défilé (...)

Étudiant(s)
Samuel Bégis
Titre
Défilé Design Vêtement : celui que l'on regarde marcher
Type
Grand projet
Secteur
Architecture intérieure
Année
2016