Facebook de l'ENSAD   Viméo de l'ENSAD    Twitter de l'ENSAD   Instagram de l'Ensad

Menu

Formulaire de recherche

Catalogue Mode & Sens 2016

Descriptif

Informations

Introduction de Marc Partouche, Directeur de l'EnsAD

L’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – Paris et International Flavors and Fragrances poursuivent depuis huit ans un partenariat exemplaire autour de la sensorialité. Chaque promotion voit se renouveler l’émerveillement devant l’alchimie improbable du solide et du volatile, tous deux fondés sur une même rigueur constructive.
De cette exploration des sens, matières, vêtements, attitudes et leur confrontation aux enjeux de production et d’organisation est née la Grande École de Modes et Matières (GEMM-Paris / Fashion School by PSL) qui ouvrira à la rentrée prochaine. Cette première grande école publique de design vêtement, accessoire, textile et matière, associe l’EnsAD avec Mines Paris-Tech et l’Université Paris-Dauphine. De même, en septembre 2016, commence une formation conduisant à un double diplôme niveau master avec la prestigieuse Université Bunka Gakuen à Tokyo. Ainsi la professionnalisation et l’internationalisation font-elles partie de nos priorités et de nos ambitions partagées.
Cette promotion 2016 de Design vêtement, qui compte douze élèves (sept filles et cinq garçons), se distingue par la diversité des univers créatifs, ayant donné naissance à autant de senteurs novatrices et d’histoires singulières, regroupés ici en trois univers ; de même, elle préfigure aussi ce que sera GEMM-Paris puisque des étudiants des spécialisations Architecture intérieure et Design graphique ainsi que des photographes se sont associés au défilé de fin d’année.
À l’Observatoire, Elodie Le Prunennec réussit l’exploit de créer des vêtements souples à l’aide de lattes de bois tandis que Loris Ronzeau transpose la société hiératique des samouraïs dans un univers contemporain teinté de nomadisme. Christie Duhamel plonge dans l’univers aquatique de la piscine et Manon Martin métamorphose une quelconque tenue sportive en un uniforme intergalactique. Dans l’atelier, Silja Piton a travaillé autour du concept de l’enveloppe et du pliage qu’elle accompagne d’une gamme colorée inspirée de la douceur des paysages de Finlande. Dahee Jung a choisi la déconstruction et reconstruction des vêtements à l’aide d’éléments métalliques pour rehausser, suspendre l’habit. Rémi Tiendrébéogo s’inspire de l’art de Niemeyer et de Brancusi, avec inclusion de pièces préformées, pour faire surgir une silhouette toute sculpturale. Adélaïde Le Gras revisite le vêtement de travail en y introduisant une note d’élégance peu courante dans l’univers des hommes de métier. Aux Beaux-Arts, Valentin Parnetzki conte l’histoire d’un vestiaire de récupération transformé en une improbable garde-robe d’icône de mode. Jérôme Navail déconstruit un ensemble à partir d’un accessoire tan- dis que Hans Vallimäe-Schwarz dynamite l’art exigeant du tailleur anglais pour homme en déformant le costume grâce à des excroissances et autres artifices esthétiques. Albane Noël élabore une femme fantasmée, avec dramatisation de la couleur et ajout de pièces décoratives.

Voir aussi 

Partager cette page