Photo/Vidéo

Emma Tholot

Le secteur Photo/Vidéo propose une formation professionnalisante dans la pratique de chacun de ces deux médias. Il s’agit d’établir un dialogue entre ceux-ci et de susciter des approches originales qui dépassent la simple addition de leurs pratiques.

    Formation

    Si les enjeux de chaque médium est préservé, pour autant leur différenciation n’empêche pas une porosité. Image fixe-image en mouvement, l’enseignement du secteur tire sa richesse d’un certain nombre de tensions qui définissent notre régime actuel des images : la place de la fiction dans toute démarche documentaire, la prise en compte du sensible dans toute pensée des images. Les évolutions technologiques de fabrication et de diffusion de nos images (qu’elles soient fixes ou en mouvement) sont constamment prises en compte par les étudiant·es et toujours mises en relation avec une économie politique de nos milieux, de nos régimes de perception, de narration et de représentation. Les parcours des diplômé·es montrent que des pratiques inattendues, inédites et ouvertes se développent et guident l’enseignement dans une redéfinition constante des disciplines. Qu’il s’agisse du cinéma (dit de fiction, documentaire ou expérimental), de la photographie (argentique ou numérique), de l’installation, du volume, de la 3D, des nouvelles technologies numériques aux intelligences artificielles, toutes ces propositions par leur cohabitation et leur agencement se détachent (sans non plus les exclure) de la simple installation/accrochage ou de la projection.

    1er cycle, licence

    La 2e année est celle de l’acquisition des outils techniques, de la mise en œuvre des premiers projets et du développement d’un point de vue critique des étudiant·es sur leur propre production. Elle est structurée par des enseignements de la photographie, de la vidéo et du son, des formations techniques dans ces trois domaines et des cours théoriques - histoire de la photographie et, au second semestre, le cours en histoire et théorie des arts et du cinéma. Des workshops ponctuent régulièrement chacun des semestres : tirage noir et blanc, tournage sur le plateau vidéo, prise de vue en studio. La finalité de ces enseignements est la production de projets photographiques et de films, dans des formes singulières et en autonomie technique. En 3e année, l’approfondissement des acquis se poursuit à travers divers projets personnels ou imposés, sur des durées plus longues et par la mise en place de méthodologies appropriées. Des enseignements complètent cette formation :

    • Théorie du montage ;
    • Édition photographique ;
    • Accompagnement des portes ouvertes par un commissariat d’exposition.

    La théorie trouve elle aussi à s’exprimer, d’abord à travers un cours de cinéma qui aborde les formes d'écriture contemporaines renouvelant ou déjouant les catégories prédéfinies - fiction, documentaire, essai. Au second semestre, les cours de méthodologie de recherche préparent les étudiants à la rédaction du mémoire et leur permettent de se projeter vers le master. En fin d'année, le passage de la licence favorise la mise en œuvre des acquis théoriques et pratiques. Les étudiant·es sont notamment évalué·es sur un écrit et diverses modalités de monstration permettant une appréhension rétrospective critique de leur cursus au sein du secteur. Il est enfin à noter que la pédagogie du secteur Photo/Vidéo favorise les relations entre années. Les 2e et 3e années collaborent sur divers projets et sont régulièrement associés au suivi et à la conception des grands projets de 5e année.

    2e cycle, master

    Si la structure de la 4e année est moins resserrée que celle des années précédentes, elle permet toutefois de préciser les orientations du secteur.

    Le cadre se partage toujours entre vidéo et photographie. Les projets de vidéo se développent ainsi pendant le premier semestre et sont complétés par diverses interventions au cours de l’année (direction d’acteur, workshop en autonomie, etc.).

    En photographie, le 1er et le 2nd semestre permettent d’abord aux étudiant·es de construire des projets, puis de faire de l’espace une finalité, qu’il s’agisse de l’espace de l’édition ou de celui de l’exposition. Des enseignements liés à l’installation et au son viennent renforcer ces pratiques, tout comme les formations techniques complémentaires associées à la réalisation des divers projets. La finalisation du mémoire au second semestre constitue l’un des deux moments forts du master. L’exercice se présente comme un travail de recherche tout autant que comme une réflexion sur les formes. De plus en plus souvent, il est aussi la préfiguration du projet de diplôme.

    La 5e année du cursus est entièrement tournée vers la conception et la réalisation du grand projet. Les étudiant·es travaillent selon leur propre rythme, suivis par plusieurs enseignant·es. Il s’agit d’identifier en commun les questions traversant leurs propositions, les formes en jeu et les outils les plus appropriés. La réalisation se déroule généralement en milieu d’année, avant le travail de post-production au sein des installations du secteur. À chacune de ces étapes, l’équipe enseignante accompagne la réflexion de l’étudiant·e, qui trouve aussi du soutien technique parmi les responsables d’ateliers et les intervenant·es extérieur·es (écriture, montage…). À la fin de chaque semestre, des présentations devant les enseignant·es et les étudiant·es de l’ensemble de Photo/Vidéo sont organisées :

    • La première formalise les contours du projet (intentions, moyens techniques, calendrier) ;
    • La seconde a pour but de montrer son état d’avancement à quelques semaines des soutenances.

    Il s’agit pour les étudiant·es des 2e, 3e et 4e années d’un exercice critique et pour celles ou ceux qui présentent leur grand projet d’une mise à l’épreuve de leurs hypothèses de travail, préfigurant le passage devant le jury de diplômes.

    Enseignant·es

    Tous.tes
    Nom Fonction
    Christophe Bourguedieu
    Photographe
    Brice Dellsperger
    Artiste plasticien
    Natacha Lesueur
    Photographe et plasticienne
    Charlotte Moth
    Non renseigné
    Florence Paradeis
    Artiste plasticienne
    Marie Voignier
    Non renseigné